Accédez à mes ressources gratuites...

Et téléchargez les outils qui vous aideront

dans votre vie de maman extra et ordinaire!

Bonjour les extra-mamans !

Après ces quelques semaines de cette nouvelle année scolaire, en l’occurrence, l’année de grande section d’un enfant autiste, mon fils, j’ai voulu vous livrer un petit bilan.

Pendant les grandes vacances, son comportement s’était dégradé et, j’attendais avec impatience cette rentrée afin qu’il retrouve son rythme de l’année précédente et que cela me soulage un peu. Dans les faits, ce début d’année est très décevant et je vais vous expliquer pourquoi…

Une prise en charge insuffisante

En cette année de grande section, contrairement à l’année dernière, au cours de laquelle, mon fils avait bénéficié d’un accompagnement par une éducatrice spécialisée (lire l’article), cette année, il est accompagné par une AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire).

Alors que l’an dernier, j’avais été agréablement surprise par son évolution et les progrès qu’il a pu réaliser, cette année, je suis extrêmement déçue par le manque de progression de mon fils dû à un accompagnement inadapté. En effet, les AVS ne sont pas suffisamment formées, et encore moins à l’autisme, pour être en mesure de faire avancer correctement nos enfants extraordinaires.

Les enfants autistes ont des besoins spécifiques, notamment, en termes de stimulation; ils doivent être stimulés le plus possible afin de limiter leurs troubles autistiques (stéréotypies, écholalies, intérêts restreints), et, seule, une personne comprenant le comportement autistique peut effectuer un véritable travail dans ce sens.

Qui a ses effets…

Les deux endroits où un enfant passe le plus de temps sont la maison et l’école ; par conséquent, c’est là qu’il est nécessaire d’être présent pour stimuler l’enfant autiste au maximum.

Personnellement, à la maison, j’ai beaucoup de mal à canaliser mon fils et à l’intéresser à des activités qui demandent un minimum de concentration. Pour parer à cela, je m’adapte à ses besoins et ses souhaits en cherchant des activités qui l’intéressent afin de pouvoir travailler dessus.

Ainsi, en ce moment, ses deux activités préférées sont l’écriture et les exercices de motricité. Nous travaillons donc l’écriture des lettres d’une part, pour le côté intellectuel (et motricité fine), et au niveau physique, je joue à la fois sur la stimulation sensorielle et la motricité globale en utilisant un ballon Pilate qui me permet de le détendre avant et de l’accompagner plus facilement pour faire des roulades.

Cependant, il m’est impossible de le faire travailler sur des jeux qui l’intéressaient pourtant quelques semaines plutôt et qui nous permettaient de travailler la communication, notamment, avec la méthode PECS (voir l’article).

Quelques mois plus tôt, je vantais ma satisfaction quand à l’utilisation de la méthode PECS et de la façon dont elle avait permis à mon fils de communiquer plus facilement.

Aujourd’hui, il refuse la plupart du temps d’utiliser son classeur de pictogrammes et surtout, il ne veut plus communiquer avec son orthophoniste.

Lorsque j’y réfléchis, je ne peux pas vraiment donner tort à mon fils car il ne fait que réagir à un manque de cohérence dans sa prise en charge. En effet, l’an dernier, l’ensemble était cohérent puisque nous utilisions la méthode PECS, chez l’orthophoniste, à la maison, et à  l’école avec l’éducatrice. Or aujourd’hui, cet ensemble cohérent n’existe plus, nous ne devrions donc pas nous étonner de sa réaction!

L’année du choix

J’avoue que je m’attendais à vivre ce scénario car il était fort probable que le contrat de l’éducatrice spécialisée ne soit pas renouvelé pour cause de manque de financement, cependant, cette année est très importante car, en théorie, mon fils devrait entrer au CP à la rentrée prochaine.

Et c’est là que l’on comprend toute l’importance d’une prise en charge adaptée.

En effet, j’ai de bonnes raisons de croire, qu’avec un accompagnement adapté à ses besoins, mon fils aurait pu aller au CP sans problème alors qu’aujourd’hui, j’en doute fortement.

A l’école, on m’a certes, rassurée en me disant qu’il n’aurait pas de problème pour passer en CP (lisez entre les lignes s’il vous plait…ça s’appelle juste refiler le bébé !). Mais pour moi, le plus important n’est pas qu’il aille ou pas au CP ; ce que je veux, c’est qu’il aille dans une classe qui correspondra à son niveau et dans laquelle il pourra réellement progresser.

Alors que je pense toujours que l’inclusion en milieu ordinaire reste la meilleure solution comme j’en parle dans un précédent article, je pense que cette inclusion nécessite absolument un accompagnement spécialisé pour que l’enfant autiste puisse à la fois apprendre et profiter du fait d’être dans un milieu ordinaire.

Au jour d’aujourd’hui, je ne veux pas qu’il reste en grande section car je doute fortement qu’il en tire quelque bénéfice mais, en même temps, je ne pense pas qu’aller au CP lui convienne, d’autant plus qu’il n’est toujours pas propre, et que, même s’il n’en a pas conscience, je ne veux pas qu’il soit humilié.

Pour l’instant, je ne sais donc pas quelle décision prendre, cette question va donc être l’une de mes principales préoccupations pour les semaines à venir, d’autant plus que dans quelques jours aura lieu la réunion éducative…

L_annee_de_grande_section_d_un_enfant_autiste_l_annee_du_choix

Pour finir cet article sur une note positive, je peux dire qu’il reste encore plusieurs mois avant la fin de l’année et que mon fils peut nous réserver de belles surprises, donc, je garde espoir.

En ce qui vous concerne, faites tout ce que vous pouvez pour obtenir un accompagnement adapté aux besoins de vos enfants.

Mieux ils sont pris en charge, mieux ils progressent et plus les troubles s’effacent !

Qu’en est-il pour vous? La question s’est-elle déjà posée ou se posera bientôt? Comment envisagez-vous les choses?

Dites-moi tout en commentaire (en bas de page) ou venez en discuter avec d’autres mamans extra et ordinaires sur le groupe facebook.

Je vous dis à très vite chère extra-maman et prenez soin de vous!

Vous avez aimé cet article? Faites-le savoir et partagez-le sur les réseaux sociaux!

Accédez à mes ressources gratuites...

Et téléchargez les outils qui vous aideront

dans votre vie de maman extra et ordinaire!

madamb

Qui suis-je?

Myriam, mumpreneur geek, j’accompagne les mamans à entreprendre leur nouvelle vie, tout en partageant ma vie extraordinaire.

L_annee_de_grande_section_d_un_enfant_autiste_l_annee_du_choix

Pin It on Pinterest

Share This