Accédez à mes ressources gratuites...

Et téléchargez les outils qui vous aideront

dans votre vie de maman extra et ordinaire!

Bonjour, les Extra-Mamans !

J’espère que vous allez bien. Aujourd’hui, j’ai choisi de vous parler d’un sujet important dans notre quotidien d’Extra-Maman : la diversification alimentaire de notre enfant autiste.

Chez nous, cela fait plusieurs semaines maintenant que Sam a (re)diversifié son alimentation pour mon plus grand bonheur. Il a fallu du temps pour que Sam se décide (enfin) à manger différemment alors je vais vous présenter les étapes par lesquelles nous sommes passés, vous allez sûrement vous y retrouver…

Une diversification alimentaire ordinaire pour bébé Sam

Sam a été allaité au sein pendant ses 3 premiers mois puis, est passé très facilement au biberon, ce qui, je me souviens, m’avait affectée, puisqu’il avait été indifférent à ce changement.

A l’âge de 4 mois, nous avions entamé la diversification alimentaire, phase qui s’était déroulée sans problème particulier. Il mangeait tout ce que je préparais.

C’est à partir de son premier anniversaire que Sam a commencé à devenir un peu compliqué mais je me disais que c’était normal et qu’il voulait s’affirmer.

Petit Sam devient sélectif

A l’âge de 2 ans, Sam refusait désormais la majorité des plats que je lui proposais, si bien que, son alimentation s’était restreinte à de la semoule, du pain, du lait et de la compote. Sam a vécu selon ce régime sélectif pendant à peu près deux années.

Pourtant, j’essayais régulièrement d’enrichir son alimentation mais plus le temps passait, plus il devenait difficile de lui faire manger autre chose que ses aliments favoris ; il refusait systématiquement d’ouvrir la bouche ne serait-ce que pour goûter.

Sam hurlait et se débattait et finissait par remporter la partie : il obtenait un biberon en guise de repas.

Ainsi, ce moment censé être convivial, se transformait en une bataille, dont j’attendais la fin avec impatience.

Au fil du temps, son comportement s’est dégradé ; à ses refus s’est greffée son impatience. Le simple fait d’attendre que je réchauffe le biberon ou que je prépare la semoule déclenchait une crise.

Par ailleurs, Sam avait non seulement un régime sélectif,  mais il pratiquait également le “tri sélectif” dans son assiette c’est à dire qu’il écartait systématiquement les morceaux lorsque je mettais des légumes avec la semoule ou bien, refusait la cuillère s’il y voyait un morceau.

Les autistes sont reconnus pour avoir des troubles sensoriels, le souci est que l’on englobe beaucoup de choses sous ce terme générique et qu’au final, nous ne pouvons connaître la cause exacte d’un comportement donné, par exemple, je ne sais toujours pas pourquoi, à ce jour, Sam refuse encore de manger les morceaux de pommes de terre et les rejette lorsque j’en glisse dans sa cuillère.

Sam, grand frère, imite son petit frère

Entre temps, Sam a connu un grand événement dans sa vie: la naissance de son petit frère. L’arrivée de Dam, même si elle a été un peu douloureuse pour Sam, alors âgé de 3 ans et demi, a contribué à sa formidable progression de ces derniers mois.

Ainsi, lors d’une belle journée de printemps, alors que j’étais à court de l’ingrédient principal des repas de Sam, à savoir la semoule, j’ai tenté ma chance, en lui proposant du riz que j’avais préparé avec des légumes. Bon, je l’avoue, j’ai un peu forcé pour la première cuillerée mais il a trouvé cela bon, et en a donc voulu une autre; quelques minutes plus tard, l’assiette était vide… Ce  jour a marqué le début de la (re)diversification alimentaire de Sam!

Aujourd’hui, Sam a élargi son éventail de choix: il adore la viande, le poulet, les œufs, les pâtes, le riz, la soupe, les lentilles, et même parfois, des légumes en morceaux!

Je rencontre encore quelques difficultés mais qui sont de l’ordre du détail comparé à l’ampleur du problème initial, par exemple, au niveau des fruits, il ne mange que des bananes, sinon le reste doit être sous forme de compote.

Il s’agit une fois de plus de troubles sensoriels dont il est complexe de saisir l’origine et la façon d’y remédier; le meilleur remède consiste, selon moi, à patienter.

J’ai de bonnes raisons de croire que son retour à une alimentation diversifiée a fortement été influencé par un effet d’imitation puisque Sam reproduit tout ce que fait son petit frère, y compris les bêtises!

Certes, cette imitation le fait parfois régresser, notamment lorsqu’il marche à quatre pattes, mais c’est une régression nécessaire car ce sont des étapes qu’il n’a pas franchies lorsqu’il aurait dû le faire. Je compte donc beaucoup sur ce phénomène pour l’acquisition prochaine de la propreté. [oui je sais, je suis très optimiste mais il le faut pour atteindre ses objectifs; n’est-ce pas?!]

Bien que ce nouvel acquis puisse paraître naturel (pour le commun des parents), il s’agit, pour nous, d’un véritable pas de géant qui a sensiblement amélioré notre qualité de vie: Sam peut manger les mêmes repas que nous, en même temps que nous lorsque je parviens à canaliser son impatience, nous pouvons aller au restaurant et coté santé, il peut assimiler davantage de vitamines et minéraux nécessaires à sa croissance.

Enfin, depuis que Sam a une alimentation plus équilibrée, j’ai remarqué une nette amélioration de ses troubles gastriques dont je parlais dans l’article du même nom. En effet, il n’a plus vomi, ni eu de diarrhée depuis l’enrichissement de son alimentation.

Maman heureuse et … motivée

diversification_alimentaire_enfant_autiste
Quant à moi,  j’ai plus que jamais envie de faire plaisir à mon petit Sam, de lui faire (re)découvrir les saveurs.  Un réel enthousiasme est né en moi car le moment de repas, est (re)devenu un moment de plaisir et constitue un nouveau moyen d’échange entre nous trois puisque c’est aussi un temps de fortes interactions entre Sam et  Dam.

Sam, lui, semble apprécier de manger de nouveaux plats et dit “hmmmm c’est bon”, mais aussi de pouvoir choisir ce qu’il veut manger grâce à l’utilisation des pictogrammes (voir l’article concernant la méthode PECS).

Cette nouvelle évolution marque un pas de plus vers l’autonomie de Sam et une contrainte de moins dans notre quotidien.

Au final, je ne saurai expliquer cet “heureux revirement” de situation mais j’ai une recette à vous offrir:

Gardez toujours en tête ces 3 ingrédients: ESPOIR, PERSÉVÉRANCE et PATIENCE !!!!

 Avec tous mes encouragements, je vous dis à très vite les Extra-Mamans!

 Cet article vous a plu? Alors partagez-le sur les réseaux sociaux!

Accédez à mes ressources gratuites...

Et téléchargez les outils qui vous aideront

dans votre vie de maman extra et ordinaire!

madamb

Qui suis-je?

Myriam, mumpreneur geek, j’accompagne les mamans à entreprendre leur nouvelle vie, tout en partageant ma vie extraordinaire.

diversification_alimentaire_enfant_autiste

Pin It on Pinterest

Share This